Archives Mensuelles: juillet 2013

Prenant Peeping Tom

«32 rue Vandenbranden», vu hier au convivial Monfort Théâtre

@merci Paris quartier d’été

Voilà

Je veux te dire que je t’aime, voilà Je veux te dire que je t’aime, voilà Je veux te dire que je t’aime, n’importe quoi Je veux te dire que Quand tu m’aimes Je me sens presqu’exactement Aussi heureux que le soleil quand il descend dans l’océan Comme un carré qui tournerait Comme une ligne qui casserait Une araignée qui se console Voilà Je veux te dire que je t’aime, voilà Je veux te dire que je t’aime, voilà Je veux te dire que je t’aime, voilà Je veux te dire que je t’aime, n’importe quoi Je veux te dire que je t’aime, voilà Je veux te dire que je t’aime, voilà Je veux te dire que je t’aime, voilà Je veux te dire que je t’aime, n’importe quoi Je veux te dire que je t’aime, voilà Je veux te dire que Quand tu m’aimes Je me sens presqu’exactement Aussi heureux que le soleil quand il descend dans l’océan Comme un carré qui tournerait Un cosmonaute qui s’envole Une araignée qui se console Je veux te dire que je t’aime, voilà Je veux te dire que je t’aime, n’importe quoi Oh, ma belle aventurière au coeur si téméraire Je suis brisé, moulu Sur les rochers pointus Des amitiés déçues Des amours sans issue L’ange déchu Oh, ma belle naufragère Mon navire a coulé Veux-tu m’accompagner? À l’entour de la terre pour un dernier baiser Laisse-la (x2) La nuit que j’ai passée hier fut la plus belle de ma vie Si je mens je vais en enfer Avec toi c’est le paradis Oh, ma belle aventurière Ma splendide guerrière Ton armure est de fer Je suis vaincu d’avance Et aucune importance Je dépose à tes pieds Fusil et bouclier Oh ma cruelle geôlière Tu as du caractère On ne peut en douter Ton âme est pure et fière Mais moi je suis sincère Cow boy One more time

« Voilà »
@Jean Leloup
La Vallée des Réputations

Le monde fête les 95 ans de Nelson Mandela

Le monde fête les 95 ans de Nelson Mandela

Créé le 17-07-2013 à 15h26 – Mis à jour le 18-07-2013 à 08h43
Alors que la planète entière se préparait à l’annonce du décès du héros de la lutte anti-Apartheid, elle se réunit à son chevet à l’occasion de son anniversaire.
Un mur d'hommages à Nelson Mandela à Pretoria (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)
Un mur d’hommages à Nelson Mandela à Pretoria (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

L’anniversaire de l’ancien président sud-africain revêt cette année des habits aux couleurs bien particulières. Alors que le monde se préparait à l’annonce du décès du prix Nobel de la paix, voici qu’il commémore la vie du héros de la lutte anti-Apartheid à l’occasion de ses 95 ans.

Chœurs d’enfants, ascension du Kilimandjaro, banderole au Tour de France: les actions symboliques ou caritatives sont organisées pour ce 18 juillet qui a été décrété « Mandela Day » par l’Onu depuis 2010. Les citoyens du monde sont appelés à faire une bonne action en son honneur et à consacrer symboliquement 67 minutes de leur temps en mémoire des 67 années de militantisme politique du prix Nobel de la paix sud-africain. C’est l’œuvre de réconciliation et de pardon, par delà le traumatisme et les souffrances endurées notamment par la majorité noire de son pays, et empreinte d’un altruisme hors norme, que les Nations unies ont appelé à célébrer à l’occasion de son anniversaire.

Toujours hospitalisé

Alité à l’hôpital à Pretoria, dans un état critique depuis près d’un mois et demi, Nelson Mandela ne devrait recevoir que peu d’échos de ces hommages mondiaux. Il souffre d’une infection pulmonaire à répétition, séquelle de ses 27 longues années de prison sous le régime raciste de la minorité nationaliste blanche qu’il a combattu puis mené à sa chute.

Toutefois, sa fille, Zindzi, a déclaré mercredi à la chaîne Sky News que son père « faisait des progrès remarquables » et « regardait la télévision avec des écouteurs ».

Dès mercredi, Barack Obama a salué « l’exemple extraordinaire de courage, de gentillesse et d’humilité » de Nelson Mandela.

Le héros de la lutte contre l’apartheid reconnait ses visiteurs et est aussi capable de communiquer. « Il réagit très bien (…) du regard et de la tête. Et il lève parfois la main comme s’il voulait nous serrer la main », a-t-elle dit après l’avoir vu la veille.

« Madiba est toujours hospitalisé à Pretoria mais ses médecins ont confirmé que sa santé s’améliorait régulièrement », a déclaré le président dans un communiqué, en faisant référence à son nom de clan.

Le président Jacob Zuma a souhaité un « joyeux » anniversaire à Mandela.

Nous sommes fiers, en tant que Sud-africains, de considérer cette icône mondiale comme un des nôtres et nous lui souhaitons une bonne santé », a-t-il dit dans un communiqué. « Nous remercions tous ceux qui ont soutenu Madiba pendant son hospitalisation avec un amour et une compassion sans limite », a-t-il ajouté.

Ces bonnes nouvelles font suite à la longue angoisse qui a suivi l’hospitalisation de Mandela le 8 juin pour une grave infection pulmonaire.

Lui dire « merci »

« Il y a eu un moment où nous étions tous extrêmement anxieux et inquiets et nous étions prêts au pire », a dit Zindzi. « Mais il continue de nous étonner tous les jours ».

Son épouse Graça Machel, qui le veille jour et nuit, s’était déjà dite vendredi « un peu moins anxieuse » qu’une semaine auparavant.

Jeudi, le moment le plus émouvant sera probablement, comme les années précédentes, le chœur de millions d’écoliers sud-africains chantant « Happy Birthday » à 8 heures tapantes. « Notre façon de lui dire ‘merci' », selon la ministre de l’Education nationale Angie Motshekga.

Les initiatives de charité doivent aussi fleurir : coup de peinture offert aux murs d’une école voisine, dons de vêtements à des nécessiteux, nettoyage de tombes de vétérans de la lutte anti-apartheid, conférence-débat avec quête caritative.

Un monde meilleur

Des célébrités mondiales ont promis de mettre la main à la pâte, comme le magnat britannique Richard Branson qui a promis de « donner lui aussi 67 minutes pour œuvrer à rendre le monde meilleur, petit pas par petit pas ». Il offrira une séance de coaching professionnel à de jeunes entrepreneurs.

Une petite vingtaine de villes américaines ont prévu divers événements, un méga-concert de musique africaine est à l’affiche samedi à Melbourne (Australie) et un festival de musique programmé prochainement en Norvège sera aussi dédié à Mandela et à l’égalité à l’école.

Les autorités sud-africaines, le président Jacob Zuma en tête, pour qui le rappel des glorieux sacrifices faits durant l’apartheid tient souvent lieu de viatique politique aux yeux du monde et des électeurs, ont également prévu une pléiade d’événements officiels, inauguration de pont, d’écoles, etc.

Cartes d’identité biométriques

Malgré l’hospitalisation de l’ancien chef d’Etat, l’Afrique du Sud a aussi insisté pour organiser le 18 juillet le 6e sommet Union européenne-Afrique du Sud, qui risque d’être réduit à la portion congrue.

Jacob Zuma, en campagne pour les élections générales 2014, doit en effet présider dans la foulée une cérémonie de remise de maisons subventionnées à leurs propriétaires près de Pretoria.

Les autorités ont aussi choisi les 95 ans du père de la démocratie sud-africaine pour lancer les premières cartes d’identité biométriques.

Les premiers exemplaires doivent être remis aux vétérans de la lutte anti-apartheid, tels l’archevêque Desmond Tutu ou Ahmed Kathrada, ami de Mandela et emprisonné 26 ans avec lui.

Une nouvelle occasion de célébrer la résistance à l’apartheid dont l’un des grands gestes a été de brûler les laissez-passer imposant de perpétuels et humiliants contrôles à la majorité noire, interdite de séjour dans les quartiers blancs en dehors des heures de travail.

 (Avec AFP)

 http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20130717.OBS9826/le-monde-fete-les-95-ans-de-nelson-mandela.html

 

Bad Reputation

by Pierre De Gaillande

 

 

Au-delà des technologies

LE MONDE | 30.05.2013 à 12h25 • Mis à jour le 30.05.2013 à 13h55 |Daniel Kaplan (Délégué général de la Fondation Internet Nouvelle Génération)

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/05/30/au-dela-des-technologies-pour-un-soutien-aux-projets-heterodoxes_3421061_3234.html#mf_sid=748465475

Née à Seattle, aux Etats-Unis, la communauté Wikispeed développe depuis quelques années une voiture d'un nouveau genre : modulable à souhait, fiable et peu gourmande en carburant. Il est même possible de la construire soi-même.
Née à Seattle, aux Etats-Unis, la communauté Wikispeed développe depuis quelques années une voiture d’un nouveau genre : modulable à souhait, fiable et peu gourmande en carburant. Il est même possible de la construire soi-même. | D.R.

 

« Nous rêvions de voitures volantes et, à la place, nous avons eu 140 caractères[ceux de Twitter ou des SMS]«  : cette accroche du « manifeste » d’un fonds américain de capital-risque résume merveilleusement où se trouvent les changements dans l’innovation contemporaine et, par conséquent, le défi que la nouvelle tranche de 10 milliards d’euros des « investissements d’avenir », évoquée par le président de la République, François Hollande, le 16 mai, doit relever.

L’innovation, dans un monde ultra-connecté, devient continue, écosystémique, agile, protéiforme et parfois militante. Des marchés entiers (ceux des biens culturels, pour commencer) se reconfigurent autour de nouvelles plates-formes qui favorisent à leur tour de nouveaux modèles économiques, de nouvelles formes de consommation.

Des appareils qui tiennent dans la poche en contiennent plusieurs dizaines d’autres : téléphones, baladeurs, livres, systèmes de localisation par satellites, caméras, boussoles, consoles de jeu, niveaux à bulle, lampes de poche…

Dans le projet Wikispeed, un groupe d’individus, dispersé sur tout le territoire nord-américain, a conçu et réalisé, en trois mois, une automobile autorisée à rouler aux Etats-Unis, et qui consomme beaucoup moins que ses concurrentes.

Wikipédia ouvre, tous les jours, à des millions de gens l’accès à des contenus encyclopédiques, et offre à plusieurs dizaines de langues du monde leur première encyclopédie. Des « entreprises sociales » s’efforcent de réinventer le crédit aux plus pauvres, le recyclage, l’usage collectif de véhicules ou d’équipements ménagers…

Nos dispositifs de soutien à l’innovation ne savent pas voir tout cela. Par habitude, par facilité, par conviction, parfois, ils privilégient d’une manière presque exclusive des projets dont l’innovation technologique constitue le principe directeur. Ce qui n’est le cas d’aucun des exemples qui précèdent, dont, pourtant, on peut difficilement contester le caractère innovant.

SORTIR DES CLOUS

Personne n’en est vraiment coupable : on fixe des priorités (aujourd’hui le numérique, la transition énergétique, la santé, les grandes infrastructures), des spécialistes condensent leur vision des enjeux sous la forme d’appels à projets, d’autres jugent les projets qui leur arrivent à l’aune de leurs convictions communes… et tout ce qui sort des clous – les idées en rupture, les « simples » innovations de service ou de modèle d’affaire – leur reste invisible.

A côté de l’innovation technologique, qui demeure bien sûr importante, une autre innovation monte en puissance, et c’est elle, bien souvent, qui change la vie et reconfigure les marchés. Pis, la focale technologique peut empêcher de voir cette autre innovation.

Prenons l’exemple de la santé : nos formes habituelles de financement de l’innovation sauront-elles reconnaître l’importance des réseaux de patients, l’émergence de la génomique personnelle, la multiplication des dispositifs individuels de mesure, voire d’autodiagnostic ? Ces projets nous dérangent, parfois pour d’excellentes raisons. Nos dispositifs publics choisissent de ne pas les voir, au risque de laisser les ruptures se produire sans les avoir anticipées, sans en être acteurs.

D’où ma recommandation sur l’usage des 10 milliards supplémentaires alloués aux « investissements d’avenir » : faites comme d’habitude. Mais sur 90 % de cette somme, réservez-en juste 10 % pour financer des projets hétérodoxes, dérangeants, inattendus, qui n’entrent dans aucune case.

Trouvez le moyen d’en financer beaucoup, d’une manière simple et rapide, avec des petits tickets et des clauses de revoyure. Acceptez autant les projets commerciaux que ceux qui produiront des biens communs ou des produits « libres », dès lors qu’on peut en attendre un effet de levier économique. Osez cela, puis comparez les résultats. On parie qu’ils vous étonneront…

Daniel Kaplan (Délégué général de la Fondation Internet Nouvelle Génération)

The Empathic Civilisation

L’être humain est Homo-Emphaticus, par Jérémy RIFKIN, pour RSA Animate

The evolution of empathy and the profound ways that it has shaped our development and our society. Jeremy Rifkin

http://dotsub.com/view/1df96c4e-0f80-4fda-96ac-debe59fbb43a

Punk’s Not Dead

Today, Grande Arche de la Défense

new

Après Birdy Nam Nam hier soir sur le parvis, festival Jazz à la Défense

2013-07-09_000149