Archives de Catégorie: Education

Activating Latent Knowledge Capacity

Last week, we wrapped up another successful Learning Analytics Summer Institute at Harvard. The recordings of most of the talks and panels can be found here. Since we were already in town, Dragan Gasevic and I were invited by edX to give a talk to their staff and member institutions (we are running a course on edX in fall on Data, Analytics, & Learning).

The focus for the talk at edX, slides below, was to try and get at what is wrong with MOOCs and education in general. To answer the challenge of “what is wrong with education” it’s helpful to step back a bit and consider two challenges.

1. We aren’t connecting

Historically, society has created knowledge institutions that mirror what is done with information in a particular era – see McNeely & Wolverton. In this line of reasoning, we can best understand the future of education by understanding what is being done with information today. After about a decade of experience with web 2.0, social media, participative technologies, it’s not unreasonable to state that at least a segment of society today recognizes information as multi-authored, participative, distributed, and networked.

In education, many of us have been advocating for networked learning (or as Stephen Downes and I have been articulating it, connectivism). Academic conferences and even the K-12 space has turned to networks as a way to describe what learning is and how it happens. The one draw back to networked learning is that while we have managed to advance conversation on the fragmentation of learning so that it is not a cohesive whole created solely by the instructor, we have not yet advanced the process of centring or stitching together fragmented parts into cohesive wholes for individuals. Some rudimentary progress includes the use of #hashtags to stitch together distributed conversations but this only provides a one medium aggregation. The best implemented model for pulling together multi-platform conversations that I’ve seen to date is Downes’ gRSShopper. That leaves us at a difficult point educationally. Progress has been made on pulling centralized information elements apart (this is particularly evident in media with newspapers or TV news programs – I get the majority of my news in bits and pieces through a mess of different tools and sites), but we haven’t yet developed the technologies that will allow pulling things back together into coherent, personally owned, wholes.

This is no small challenge. In many ways, this is where computing was in two separate phases: pre-Microsoft Office and pre-Facebook. I remember when I used to work with distinct software tools like Quattro and WordPerfect (before they were owned by one company). Moving data between different software was a pain. MS came along and blessed society with Office – an integrated suite. It pulled together what I used to do in several different tools. Facebook plays a similar integrative role for participative technologies. For people who had been blogging since late 1990′s or early 2000′s, Facebook wasn’t of much value. Between flickr, del.icio.us, blogs, RSS readers, and wikis, we were living the distributed, networked, learning dream. Unfortunately, only a small percentage of society wants to deal with a range of 10 different tools. Ease of use and low-barrier to entry rules the day. Facebook allowed anyone to start sharing images, ideas, and form social networks and to do so in a single tool with similar functionality across different activities. My social network used to consist of the people in my RSS reader. Facebook made connecting easy and they were rewarded as a billion+ people joined. The key lesson here is that integrative technologies, in spite of the current app trend, draw greater numbers of users than single functionality tools.

The importance of integrative toolsets for learners cannot be overlooked. It is unreasonable to expect a learner to care about the same issues that an instructor of a participatory course cares about. While concerns of access, participation, and equity might be important to me, a learner may well enter a course with the primary goal of learning a skill or concept. My values may not be her values.

2. Latent Capacity

Technology cannot be reduced to a single narrative or outcome. While “web 2.0″, as a term, symbolized participation and collaboration, it is really a multi-narrative strand where some people were enabled and others were shut out, some were given a platform and others lost a platform, some connected with their readers/fans and others were exposed as [insert label] to their fans/readers. There are many narratives to describe the tools that today define how people interact. I have been grappling with understanding the prominent or even dominant impact of technology – i.e. what is one aspect of technology that is most pronounced and most misunderstood? Keeping in mind that a single narrative has shortcomings, I’ll argue that activation of latent capacity is the driving element of every successful technology of the past 15 years. Uber uses latent car capacity. Airbnb, latent physical space capacity. Twitter/Facebook, activate multiple latent capacities: sharing, social connections, and images. The Arab Spring, now sadly turned into a rather harsh winter, and Occupy Wall Street activate the latent power capacity of individuals. A system of control and oppression can be challenged when people take up their power, their voice.

In education exists the most substantive latent capacity in society. A classroom consists of 30 (or sometimes 300) people listening to a teacher teach. The knowledge and creative capacity of any class is stunning. Unfortunately, this knowledge is latent as the system has been architected, much like a dictatorship, to give control to one person. In many cases, students have become so accustomed to being “taught” that they are often unable, at first, to share their knowledge capacity. This is an experience that I have had in every MOOC that I’ve taught. The emphasis in MOOCs that I’ve been involved with is always on learners taking control, learners joining a network, or learners becoming creators. In a Pavolovian sense, many learners find this process disorienting and uninviting. We have been taught, after a decade+ of formal schooling, to behave and act a certain way. When someone encourages a departure from those methods, the first response is confusion, distrust or reluctance.

I’ll call my theory of knowledge and learning “100 people in a room”. If we put 100 people in a room, the latent knowledge capacity of that room in enormous. Everyone in this room has different life experiences, hobbies, interests, and knowledge. We could teach each other math, physics, calculus. We could teach poetry, different languages, and political theory. The knowledge is there, but it is disconnected and latent. Much of that knowledge is latent for two reasons: 1) We don’t know what others know, 2) connections aren’t made because we are not able with our current technologies to enable everyone to speak and be heard.

Personal Knowledge Graph

To address these shortcomings, I’ve been arguing for the development of something like a Personal Knowledge Graph (PKG). The main idea is that learners need a way to express and articulate what they know. This can be done through someone explicitly stating “I know this” or it could be mined or inferred. Learners need to own their PKG but it should be shareable with schools, companies, and peers.

Once we know what people know, we have a chance to activate latent knowledge through social and technological approaches. The work that Dragan Gasevic has done with his doctoral students indicates that learners begin to use hashtags as a cognitive agent. In some cases, a hashtag becomes a more important agent than a faculty member. In other instances, recommender systems could connect individuals who have complimentary and/or opposing knowledge graphs. This leads to new pedagogical models and changing roles for universities, notably a transition from spraying the same content to all learners to a more nuanced (knowledge gap filling?) approach.

Education is approaching where the web was in mid-2000′s – a growing range of technologies providing certain opportunities for learning and interaction, but largely fragmented. Education is waiting for it’s latent capacity activating tool, or at minimum, a means of giving each learner the ability to stitch together a coherent interpretation of a knowledge domain. Of course we need feedback loops and systems of recognition. It is not enough that I state I know something. Peers, faculty, and employers should be able to comment on my claims and I should be able to provide evidence. When I do not understand a concept correctly, there should be processes for correction.

If, when, education begins to focus on activating the knowledge of individuals rather than primarily focusing on single point knowledge pontification, new concerns will arise. For example, how can creativity be encouraged when learners receive personalized content addressing knowledge gaps? What happens to formal assessment? What role does expertise play in a room of 100 knowledgeable people? The transitions underway in society, in knowledge, and in universities, are long term and won’t be played out in the next few years. It’s a decades long transition. But it is important to begin challenging legacy assumptions and start considering, however imperfect our ability to see it today, what an education system looks like when we activate latent capacities of all participants.

This was written by gsiemens. Posted on Saturday, July 5, 2014, at 12:53 pm. http://www.elearnspace.org/blog/2014/07/05/activating-latent-knowledge-capacity/

Publicités

La médiation : principale fonction de l’enseignant ?

Et si demain, on n’avait plus besoin de professeurs ? Si, grâce au numérique, les élèves pouvaient tout apprendre par eux-mêmes, réduisant le rôle du maître à celui de répétiteur ou de tuteur ? Alors que les Mooc – cours massifs en ligne – déferlent en France, le monde de l’éducation est parcouru par un débat. Emmanuel Davidenkoff, le directeur du magazine l’Etudiant, explique dans son livre le Tsunami numérique (1) comment celui-ci va secouer l’école française, bien en retard selon lui. Le philosophe Marcel Gauchet, qui vient de cosigner un ouvrage Transmettre, Apprendre (2), reconnaît, lui, que le numérique bouleverse profondément l’enseignement. Mais à rebours de ce que l’on entend souvent, il prédit que l’on aura plus que jamais besoin de professeurs et d’école.

Peut-on continuer à enseigner aujourd’hui comme hier ?

Sûrement pas. Contrairement à ce que l’on dit souvent, l’école est une institution qui a un facteur de changement en son sein : les élèves. Le mythe de l’école à l’abri de la société, fonctionnant comme un temple ou une caserne, est une pure fiction. Cela n’a jamais été. Les enseignants, qui ne sont pas des brutes insensibles, s’adaptent aux élèves et aux influences de la société qu’ils incarnent.

Indépendamment des directives venues d’en haut, ce sont eux qui sont à la manœuvre. Chacun trouve des façons de capter la culture des élèves pour l’enrichir, l’infléchir, s’y appuyer pour permettre des acquisitions d’une autre nature. Il ne faut pas l’oublier : la base de l’enseignement, c’est la conversation. Une conversation très particulière, parce qu’elle n’est pas gratuite et qu’elle doit mener quelque part. Globalement, le changement technique est tel qu’il affecte le fonctionnement social de tous les jours. Il est inévitable qu’il touche aussi l’école et qu’il la transforme profondément.

Dès lors, comment enseigner ?

Il serait outrecuidant et vain de prétendre que nous savons exactement ce que vont être les échanges entre enseignants et élèves de demain. Mais on peut faire un certain nombre d’observations. Une chose qui revient toujours, en particulier chez les partisans les plus enthousiastes de l’enseignement numérique, est le fait que les élèves sont maintenant en situation de contester l’enseignement du professeur. Ces enthousiastes disent : cette fois-ci, le piédestal est complètement brisé puisqu’on peut instantanément vérifier ce que raconte le prof.

Etes-vous d’accord ?

Je reconnais que c’est vrai. Mais je n’y vois pas du tout une contestation de la position du professeur supposé tout-puissant et tout savoir. Je crois exactement l’inverse. Pour les bons enseignants, le numérique m’apparaît comme un excellent moyen de stimuler l’esprit de curiosité et d’opposition. Cela pousse à chercher, à creuser encore. Très souvent, c’est l’occasion aussi de rectifier les sornettes, voire les énormités figurant dans une notice de Wikipédia.

Surtout, cela apprend une chose essentielle : le fait que personne ne sait. Nulle part, il n’existe un détenteur ultime. L’enseignant a ainsi l’opportunité d’expliquer qu’il existe plusieurs versions d’une même chose et que savoir, c’est se confronter à l’incertitude et non réciter bêtement. C’est un apprentissage qui me paraît extrêmement positif.

N’est-ce pas tout de même plus difficile ?

Le changement majeur est que les élèves ont de plus en plus l’initiative. En contact avec un tas de sources hétéroclites, ils s’interrogent. Leurs questions deviennent déterminantes dans la conduite de la classe – «J’ai lu ça, monsieur, qu’en dites-vous ?», «Ça vous paraît normal ?», etc. Ce n’est évidemment pas simple à gérer. L’enseignant a affaire à une communauté beaucoup plus effervescente mais aussi beaucoup plus chaotique. L’art du professeur devient l’art difficile de répondre à des questions qui ne sont pas préprogrammées – parfois en rapport avec le cours, d’autres fois non, ou de loin.

Les enseignants se retrouvent dans la position de remettre de l’ordre dans du désordre. Il leur revient d’insuffler de la cohérence dans ce qui se présente comme un patchwork d’interrogations qui peuvent aller très loin – sur les théories scientifiques en vogue mais aussi sur les ragots propagés par les réseaux sociaux. Il faut leur montrer le besoin de clés pour dominer un champ qui part dans tous les sens.

Contrairement à ce que certains prédisent, il faudra toujours des enseignants ?

Plus que jamais. L’illusion de premier abord est l’autodidaxie généralisée : plus la peine de s’embêter avec des gens qui souhaitent nous mettre dans un chemin préprogrammé, apprend qui veut quand il veut comme il veut… Mais c’est une apparence, une apparence séduisante. En réalité, tout cela renforce le besoin de médiation. Le contact des enfants, souvent très jeunes, avec des sources d’information démesurées, renforce le besoin d’enseignants, d’interlocuteurs qui prennent leur questionnement au sérieux, capables dans leur domaine de montrer le chemin permettant de maîtriser ces informations. Il suffit d’être parent ou grand-parent pour en avoir fait l’expérience. Vous dites à des enfants qui vous interrogent : «Allez chercher sur le Net.» Ils trouvent quelquefois, quand la question est très précise. Mais si c’est une question de compréhension, ils reviennent découragés. Internet est, de ce point de vue, un média déprimant, où l’on décèle très vite les limites de ce que l’on peut maîtriser. Ce qui manque, ce sont les outils logiques, les connaissances clés qui permettent de relier ces informations et d’en faire quelque chose que vous comprenez. Le sens de l’école se trouve ainsi conforté dans ce qu’il a de plus profond : c’est l’institution de confiance à laquelle on peut demander des réponses à des questions de l’ordre du savoir. A l’exception de milieux privilégiés, l’entourage n’en a pas les moyens.

Vous n’êtes pas d’accord avec ceux qui prédisent que grâce au Net, nous apprendrons surtout par nous-mêmes ?

L’ère numérique va susciter une hausse spectaculaire du niveau d’exigence scolaire dans nos sociétés. Tout le monde a envie d’accéder au plus de choses possibles dans la sphère de ses intérêts. C’est humain. Mais en même temps, nous sommes démunis. Derrière les connaissances que l’on peut acquérir de cette façon, il y a une grammaire fondamentale – les maths par exemple pour tout ce qui touche au domaine des sciences. Et celle-ci ne s’apprend pas aisément tout seul face à son écran…

Que pensez-vous de la «pédagogie inversée» en vogue aujourd’hui, avec l’élève qui découvre le cours sur le Net, puis le prof qui lui explique ce qu’il n’a pas compris ?

Ici c’est l’image idéale de l’étudiant de Stanford [l’une des universités américaines les plus réputées, située dans la Silicon Valley, ndlr]. Il étudie chez lui le cours de programmation et vient après en classe pour clarifier avec le prof ce qu’il n’a pas réussi à maîtriser. Il s’agit d’un cas très privilégié. Cela suppose une personne possédant toutes les acquisitions fondamentales et qui accepte de jouer le jeu. Il fait confiance au prof qui lui a remis son cours au préalable et qu’il peut compléter en consultant d’autres sources. Et même ici, il ne faut pas sous-estimer l’apport du professeur : ses éclaircissements, dans un deuxième temps, sont décisifs pour la compréhension. Quand vous descendez vers des degrés plus élémentaires, c’est bien plus difficile. Vous ne pouvez pas compter sur le fait que les élèves vont avoir la concentration et les moyens de s’approprier les documents que leur enseignant leur fournit. En réalité, on ne peut y couper : il y a nécessité à bien les encadrer.

Les élèves ont changé en bien, en mal ?

L’école aujourd’hui a d’abord un problème : l’attention des élèves. D’un côté, ils savent infiniment plus de choses qu’avant. D’un autre côté, que veut dire «savoir» dans leur cas ? Ils ont vu passer une foule d’informations disparates, ils ont entendu parler du boson de Higgs, ils ont une ouverture globale incroyable, ils ont voyagé, vu des tas de choses… Comme nous, ils nagent dans un bain d’informations hétéroclites.

L’école est irremplaçable ?

L’école ne fait plus rêver, elle a perdu la magie qu’elle avait dans une société constituée largement d’illettrés. Mais elle possède une utilité supplémentaire : dans ce bain d’informations gigantesque, elle est le lieu où l’on peut trouver le code, où toutes les questions peuvent être posées et l’on vous donne le cadre pour organiser tout cela. Elle assume une fonction unique dans la société.

Vous écrivez que l’école ne doit pas être à tout prix en phase avec les mutations. Serait-elle condamnée à être en retard ?

Elle doit maîtriser le rapport à la réalité environnante et la rendre maîtrisable pour les élèves. Face aux mutations, elle n’a pas à se précipiter. Elle doit garder la prudence qui sied à une institution dont le rôle est de maintenir la continuité avec le passé. Nous ne sommes pas nés d’hier. Il existe un stock gigantesque de passé. L’école fait le pont entre le nouveau qui se présente sans arrêt et les connaissances ou l’acquis – la date de la mort d’Alexandre le Grand reste par exemple la même. Par ailleurs, elle est une institution de masse égalitaire. Elle ne doit pas se focaliser sur ce qui se passe dans les endroits avancés de la société. Elle doit veiller à ce que tous les élèves soient à peu près à égalité sur la base d’un consensus collectif. Il faut que les parents comprennent ce que l’on fait à l’école et que chacun ait des chances aussi égales que possibles. L’école a ainsi une lourdeur naturelle. Ceci explique que par nature, elle soit d’arrière-garde alors qu’elle doit former des personnes d’avant-garde.

Le savoir numérique serait-il une grande illusion ?

Une société où les gens auraient une sorte d’accès de plain-pied aux connaissances est un rêve sympathique, mais c’est irréel et faux. C’est l’illusion de la toute-puissance individuelle – nous serions tous des self made men ou women et nous ne devrions rien aux autres… On retrouve la grande illusion de nos sociétés, que la technique permettrait presque de concrétiser. Or plus il y a toutes ces informations, plus il y a besoin de les maîtriser. Et plus il y a besoin de les maîtriser, plus l’école est nécessaire. Sinon, vous êtes un zombie avec des images plein la tête.

(1) Stock Essais, mars 2014, 200 pp., 18 €.

(2) Stock Essais, février 2014, 264 pp., 19 €.

Recueilli par Véronique Soulé

http://www.liberation.fr/societe/2014/06/06/internet-oblige-le-prof-a-remettre-de-l-ordre-dans-du-desordre_1035384