Archives de Catégorie: Société

Big Brother is Watching

Social media pitfalls for jobseekers #infographic from Career Savvy

While some kids believe their biggest problem regarding social media is blocking their parents to prevent the occasional embarrassing « mom comment, » they will one day or another realize there are concerns of much greater magnitude when it comes to outside parties monitoring their Facebook or Twitter accounts.
Universities and employers have recognized the prevalence of social media in the lives of prospective students or staff members. Recently, they have begun to utilize social media as a tool for performing background checks on their applicants.
According to a 2013 study done by Kaplan Test Prep, high school students applying to universities are under greater online scrutiny than they may know; 31 percent of the 381 college admissions officers who responded to Kaplan’s questionnaire answered that they had visited an applicant’s social media page to acquire insight into his or her background. In 2012, that number was capped at 26 percent. Some admissions officers have rejected an applicant or even rescinded an admission due to inappropriate content they found on that applicant’s social media account.
Whether or not they realize it, students have an easily navigable online footprint that grows each time they post on the Internet.
Many students, especially rising seniors who are mired in the college application process, understand the repercussions that may follow their social media trail.
« I share mostly personal information on social media, but never something I would regret my parents or a college admissions officer seeing, » said rising Acalanes High School senior Zach Kramer. « I think it’s reasonable that colleges screen social media because they have a right to see it just like everyone else does. »
Just because students understand they are under close online scrutiny, however, doesn’t mean they agree with the reality.
« I don’t believe anyone should be judged based off their posts [on social media], » said rising Acalanes senior Sarah Moore. « Somebody could post a weird picture or say something strange on social media, but that doesn’t necessarily mean they’re less qualified or less likely to be academically successful. »
Michael K. McKeon, dean of admissions at Saint Mary’s College offers an insightful rejoinder: « You deserve the consequences if you do something mean or stupid on social media. So if you post pictures of yourself doing drugs or drinking alcohol, or if you are writing something hateful about another human being, if you have adverse consequences, you deserve them. You earned them, and you are going to have to live with them. »
Contrary to popular belief, social media consciousness doesn’t end after graduating from school. A person’s social media footprint can have adverse consequences through retirement.
In December 2013, public relations executive Justine Sacco from the prominent Internet media company InterActive Corp was fired less than 24 hours after posting a racist tweet about AIDS in Africa.
According to Juzer Essabhoy, an executive recruiter at CVPartners, a premier staffing and recruiting agency based in San Francisco and Seattle, social media screening of candidates for employees is common practice in headhunting firms everywhere.
« I use social media for information gathering, » said Essabhoy. « It’s not so much about getting to know people or chatting or those types of things. Much of it is just information that’s displayed. And it all depends on each of the users on each of these sites as to how much information about themselves that they share or not. »
Although Essabhoy generally only uses LinkedIn for a social media database when recruiting prospective employees, many of his headhunter colleagues use sites like Facebook and Twitter just as routinely in their recruitment process.
« I know a lot of my colleagues regularly go in and look at potential candidates’ Facebook pages and Twitter accounts, » said Essabhoy. « We work with a lot of companies who just make it a normal point where, when they get to a later stage of interview, they will enter the person’s name into Facebook to do a background check. »
Essabhoy estimates that currently, about 5 percent of potential employee candidates are disqualified due to inappropriate content posted on their social media. Although that percentage is a relatively small ratio, Essabhoy believes that quota will increase dramatically with the maturation and further popularization of social media in contemporary society.
« As social media continues to get even more mainstream, it’s going to [be] even more important for people to be very judicious in what they are putting out there or what they may have out on more public sites and things that can be viewable by employers, » said Essabhoy.
The best practice in regard to social media is to keep posts clean and appropriate from the start. It’s impossible to track who may share or archive a post, thereby making it immortal, and sanitizing a social media account mired in sin and slander is a tedious and faulty process.
« I never post anything that I know I would regret, » said rising Acalanes senior Katie McCarty. « I make sure everything I do post isn’t too risqué because I know that college admissions officers look at social media accounts and I wouldn’t want to jeopardize my future over a silly picture just for more likes on Facebook. »

http://www.lamorindaweekly.com/archive/issue0813/Big-Brother-is-Watching-Growing-trend-to-monitor-social-media-in-application-process.html

Publicités

Danah Boyd, anthropologue de la génération numérique Ils Feront Le Monde

LE MONDE | 20.08.2014 à 11h26 • Mis à jour le 20.08.2014 à 14h54 | Par Alexandre Léchenet
Danah Boyd.
Danah Boyd. | JEAN-CLAUDE DHIEN POUR LE MONDE

Enfant d’Internet, l’Américaine a fait de cette passion le lieu de ses recherches sur la vie connectée des adolescents.

Au début des années 1990, on disait que le Web était peuplé de freaks, geeks et queers, bref, de gens à la marge. danah boyd, qui a découvert Internet à cette époque, aime à rappeler que c’est l’endroit idéal pour elle, qui est tout cela à la fois. C’est sur Internet que la chercheuse de 37 ans s’est construite à l’adolescence, avant d’en faire son métier. Aujourd’hui, ses études sur la vie connectée des jeunes ont fait de cette anthropologue une universitaire respectée.

Les freaks sont les gens différents. Avec ses mitaines et son piercing sur la langue, elle détonne au milieu de ses pairs enseignants. Cette différence, danah boyd la cultive sur ses papiers d’identité. A 23 ans, elle a officiellement adopté le nom de jeune fille de sa mère, divorcée de son père, puis en a même ôté les majuscules par la suite. Une démarche parmi d’autres pour ajuster le monde à sa manière de voir les choses.

A ceux qui s’étonnent de voir son nom sans majuscules, elle répète, inlassablement : « Non, je n’ai pas oublié de mettre les capitales. Mais je me suis très vite rendu compte que la plupart des gens ne comprennent pas ma décision de ne pas utiliser de majuscules à mon nom. » Et de renvoyer, systématiquement, à une note de son blog où elle détaille les raisons « personnelles et politiques » qui l’ont poussée à faire cela.

Lire aussi : Six clés pour comprendre comment vivent les ados sur les réseaux sociaux

Adolescente dans une ville étriquée, religieuse et conservatrice

Bonne élève, danah boyd ne se sentait pas à sa place à Lancaster, en Pennsylvanie. Pour survivre au lycée étriqué d’une ville « religieuse et conservatrice », elle s’échappe sur les forums de discussion. Elle se souvient particulièrement d’un échange avec un jeune soldat de retour de la guerre du Golfe, alors qu’elle envisageait d’entrer dans l’armée. Ces discussions en ligne vont lui permettre de se découvrir queer. Soit une personne qui ne souhaite pas se voir définie par son sexe, son orientation ou ses pratiques sexuelles. Sur IRC – un service de messagerie instantanée –, elle échange avec une femme transgenre : « Elle m’a permis de lui poser toutes les questions que je voulais, surtout les plus indiscrètes. »

Le premier billet de son blog, ouvert en 1997, rapporte la conversation avec son copain de l’époque, où elle lui explique pourquoi elle est queer. Son blog suit son parcours : aux billets adolescents évoquant les rave parties auxquelles elle participe succèdent des écrits plus universitaires.

J’ai pris conscience que comprendre les adolescents permet de comprendre la technologie »

Le terme « geek » s’applique aux passionnés de science-fiction et d’informatique. Ce qu’elle est aussi, et qui l’amène à suivre des études d’informatique à l’université Brown, dans le Rhode Island, puis au Massachusetts Institute of Technology, à Cambridge. C’est là, au début des années 2000, que danah boyd commence à se pencher sur les réseaux sociaux. Friendster, MySpace, Facebook : suivant les modes, les usagers se déplacent de l’un à l’autre. La chercheuse les étudie en se concentrant sur les utilisateurs les plus jeunes. « J’ai pris conscience que comprendre les adolescents permet de comprendre la technologie », dévoile-t-elle.

En 2007, elle publie une étude sur les adolescents utilisant Facebook et MySpace qui va à l’encontre des clichés traditionnels. Elle démontre que le réseau de Mark Zuckerberg, épuré et blanc, est à l’époque peuplé plutôt par des adolescents blancs et aisés. MySpace, personnalisable et clinquant, est au contraire fréquenté par les enfants des classes populaires et noirs. Son étude est reprise par les médias, et d’autres de ses écrits sont traduits et relayés sur des blogs francophones, des médias en ligne ou des revues de recherche.

Danah Boyd.
Danah Boyd. | JEAN-CLAUDE DHIEN POUR LE MONDE

« Avec la sociologue Eszter Hargittai, elle a été parmi les premières à avoir une voix dissonante sur les adolescents à la fin des années 2000 », dit Elisabeth Clément-Schneider, qui a soutenu une thèse sur la vie en ligne des jeunes, en octobre 2013, à l’université de Caen. « Dans ses travaux, il y a l’idée qu’il ne faut pas se fier aux apparences. En général, on analysait les comportements et on en déduisait des usages. Elle se distingue en montrant que des usages différents existent pour le même comportement. »

Ce travail sur les jeunes et les médias sociaux la mène en 2009 chez Microsoft, au sein du département de recherche de Boston. Depuis le début de ses recherches, danah boyd n’a cessé d’aller à la rencontre des jeunes afin de comprendre leurs usages des nouvelles technologies. Après avoir parcouru pendant plusieurs années les Etats-Unis, l’anthropologue sillonne à nouveau le pays pour présenter cette fois le fruit de ses entretiens, dans un livre dont le titre – It’s Complicated (Yale University Press, 296 pages, 25 dollars, soit environ 18,70 euros) – est un clin d’œil au statut de Facebook décrivant les relations amoureuses ambiguës et compliquées (une traduction sera disponible en septembre aux éditions C&F).

Il faut embrasser la technologie plutôt que la craindre »

Au fil de ses rencontres, elle a acquis une connaissance aiguë des comportements adolescents. Au début de son ouvrage, elle relate qu’après des heures passées avec un jeune pour qu’il lui raconte son utilisation de YouTube celui-ci lui a demandé de parler à sa mère. « Vous avez l’air de mieux comprendre qu’elle. Expliquez-lui que je ne fais rien de mal. » Son livre se veut ainsi un guide pour faire le lien entre les adolescents et leurs parents, afin que ces derniers comprennent leur vie connectée. Vie privée, addiction, harcèlement en ligne, mauvaises rencontres ou selfies sont autant de clichés déconstruits en se fondant sur les utilisations des jeunes. L’auteure prodigue aux adultes un conseil qu’elle s’applique à elle-même depuis longtemps – « Il faut embrasser la technologie plutôt que la craindre » – et tente de rassurer des parents souvent dépassés par les nouveaux sites et applications.

La dernière occasion qu’elle a trouvée d’appliquer cette maxime concerne la vie privée. Sa protection et le respect de la confidentialité sont des éléments-clés dans ses recherches. Elle a ouvert, avec le soutien de Microsoft et de plusieurs fondations, un centre d’action et de réflexion : Data & Society. Entre les révélations sur les écoutes de l’Agence nationale de sécurité américaine et l’apogée du « Big Data », l’analyse massive des données par tous, la structure veut proposer des projets pour s’adapter à un monde imbibé de données. Un défi qui l’enthousiasme.

http://www.lemonde.fr/festival/article/2014/08/20/danah-boyd-anthropologue-de-la-generation-numerique_4473731_4415198.html

Le numérique expliqué à Suzanne et à quelques autres…

Bon, je vais essayer de t’expliquer tout cela. Si tu ne comprends pas tout, ce n’est pas grave, dis-moi « Ah ! » comme tu le fais d’habitude, je recommencerai plus tard.

C’est parce qu’on entend ou lit tellement de sornettes sur le numérique, Suzanne ! Tout d’abord, ne te trompe pas de mots ! N’écoute en aucun cas ceux qui, curieusement encore nombreux, ne cessent, la bouche en cœur et le doigt dans l’œil, de nous parler de « digital » — les sots ne perçoivent même pas le ridicule accompli et monumental de l’anglicisme. Il existe aussi la catégorie de ceux qui prétendent ne pas savoir ce que c’est — « le numérique ? cela ne veut rien dire… », combien de fois a-t-on entendu cette affirmation péremptoire et dédaigneuse dans la bouche même de gens dont c’est justement le métier ? Il y a ceux enfin, toujours en retard d’un train, qui continuent à nier sa dimension paradigmatique en usant, pour en parler, d’autres vocables à la fois réducteurs, abscons et surannés…

Suzanne, je vais donc essayer de te dire ce que le numérique représente pour moi… ce qu’il porte d’espoirs pour toi. Te dire que c’est à la fois simple… et complexe. Je suis certain que tu es capable de comprendre.

Le numérique, c’est d’abord et surtout de l’humain !

Tu vas le comprendre aisément. Le numérique, vois-tu, ce sont des femmes et des hommes qui le mettent en œuvre, qui le vivent au quotidien, qui s’expriment, qui échangent et partagent, le plus souvent de pair à pair, dans des microcosmes multiples qui s’interpénètrent et desquels la figure classique des experts s’efface peu à peu. Ce sont des femmes et des hommes qui portent fièrement leurs opinions à la face du monde et ne craignent pas de les voir contredites ou censurées, même s’ils ont parfois à exercer à ce dernier sujet une grande vigilance. Le numérique, ce sont des valeurs et des attitudes nouvellement renforcées, celles du partage, de la connivence, de la collaboration, de l’amitié, du désir, de la responsabilité, de l’écoute de l’autre, de l’attention à ses préoccupations, de la tolérance… Ce sont encore des libertés, celles de l’expression et de l’opinion, de la création, du choix et des orientations, de nouvelles navigations possibles… Ce sont des droits et des devoirs, de la culture, de la raison enfin… Ah ! la raison !

Le numérique, c’est un nouveau modèle d’humanisme, citoyen, social et politique…

Contrairement à ce que pensent nombre des marchands et des politiques qui nous gouvernent et rêvent d’asservir les citoyens au seul profit de leurs idéologies dépassées, en faisant d’eux des usagers passifs, dociles et consommateurs, tu seras une citoyenne du numérique et de l’Internet, Suzanne, si tu fais confiance à tes parents et si le loup ne te mange pas. Oui, ma Suzanne préférée, tu seras une citoyenne engagée sur le réseau. Tu collaboreras à des projets pour le bien commun et public, au partage des connaissances et des savoirs. Tu t’engageras pour la défense de ces biens culturels communs en défendant comme il convient la création et les auteurs, artistes, plasticiens, écrivains, musiciens… dont tu seras, je l’espère, contre ceux qui abusent et profitent de leur travail.

Oui, Suzanne, en toute conscience et en toute raison, j’en suis certain, tu sauras protéger ta personne, en ce qu’elle a de plus intime, contre ceux qui tentent de l’asservir.

Suzanne

Le numérique, c’est aussi de la culture, la plus complète et transversale possible… pour te  permettre d’exercer ta citoyenneté.

C’est avec tes parents et à l’école que tu devras l’apprendre… Je fais pour cela entièrement confiance en les premiers mais l’école de la République, tu le sais, je t’en ai déjà parlé, tarde à prendre le grand virage… C’est si compliqué pour elle, comprends-la. Pourtant, à l’heure où elle se penche sur la réforme de ses programmes disciplinaires, à l’heure où elle réfléchit aux connaissances et aux compétences nécessaires à la formation d’un jeune citoyen, à la formation qu’elle te devra, Suzanne, il est temps pour elle d’intégrer dans tous les apprentissages la culture numérique transversale minimale et nécessaire. Cette culture numérique doit devenir objet d’enseignement, au-delà des peurs et des fantasmes qu’elle suscite à tort, au-delà des tensions qu’elle fait émerger, au-delà des archaïsmes qu’elle peut mettre en évidence, contre ceux à qui le mot de « culture » fait hérisser le poil.

C’est nécessaire, Suzanne, pour t’exercer à mieux comprendre plus tard et déchiffrer l’information et tous les codes et messages, en particulier ceux des médias, pour mieux éclairer ta réflexion sur le monde et ses évolutions, pour mieux comprendre les enjeux philosophiques, sociétaux, économiques aussi et surtout, pour tout ce qui touche la création des œuvres, quelles qu’elles soient.

C’est nécessaire aussi, Suzanne, pour faire de toi cette jeune citoyenne émancipée et engagée, je le répète, capable de s’adapter sans difficulté aux métiers de demain, dans quelque secteur professionnel que ce soit, dont personne — oui, personne, pas même les prospectivistes les plus pertinents — ne sait ce qu’ils seront !

Le numérique, c’est d’abord de l’humain et de la culture, mais aussi, bien sûr, des technologies, des sciences et de l’économie.

Le numérique croît des sciences qui le mettent en œuvre, dans un domaine multiple et complexe qui s’enrichit d’apports divers, des mathématiques et de l’informatique bien sûr, aux sciences de la communication, à l’algorithmique, la cybernétique, la robotique… et bien d’autres, jusqu’au design même sans oublier les champs nouveaux et vertigineux de l’organisation et du traitement des données. Le numérique, ce sont aussi des technologies sans cesse renouvelées, en perpétuelle évolution, merveilleuses et si prometteuses.

Et c’est aussi un enjeu économique considérable, pour l’emploi, pour le développement, disent les spécialistes. Je veux bien les croire.

Mais le numérique est transversal, définitivement transversal, il touche, éclaire et contribue à rapprocher chacune des disciplines d’enseignement, chacun des champs du savoir et de la culture. C’est bien ce qui embête ceux qui n’y comprennent goutte, ceux qui contribuent à confisquer le débat public au point de le rendre inintelligible, ceux dont j’ai dit qu’ils étaient les néo-obscurantistes de ce nouveau millénaire, ceux qui tentent de nous faire prendre des vessies pour des lanternes et, par exemple, l’enseignement du code — lequel, d’ailleurs ? — pour l’éducation au numérique.

C’est juste pitoyable… et si dérisoire.

Là, Suzanne, je sens que tu décroches  un peu ! As-tu mieux compris ce qu’est le numérique ? C’est déjà gentil de ta part de m’avoir écouté jusqu’au bout, alors que tu préfères d’habitude faire ta propre musique en frappant les touches de ce clavier virtuel, là, sur ma tablette… Rassure-toi, dans quelques mois, quand je te  reparlerai de tout cela, toute cette agitation aura disparu aussi vite qu’elle est venue et il ne restera plus à l’école et à la société qu’à se préoccuper de l’essentiel.

Et puis, Suzanne, bientôt, je te raconterai ce qu’en pensait Socrate. Sois patiente…

Michel Guillou @michelguillou

Naturaliste tombé dans le numérique et l’éducation aux médias… Observateur du numérique éducatif et des médias numériques. Consultant, conférencier. #ovei

http://www.culture-numerique.fr/

La médiation : principale fonction de l’enseignant ?

Et si demain, on n’avait plus besoin de professeurs ? Si, grâce au numérique, les élèves pouvaient tout apprendre par eux-mêmes, réduisant le rôle du maître à celui de répétiteur ou de tuteur ? Alors que les Mooc – cours massifs en ligne – déferlent en France, le monde de l’éducation est parcouru par un débat. Emmanuel Davidenkoff, le directeur du magazine l’Etudiant, explique dans son livre le Tsunami numérique (1) comment celui-ci va secouer l’école française, bien en retard selon lui. Le philosophe Marcel Gauchet, qui vient de cosigner un ouvrage Transmettre, Apprendre (2), reconnaît, lui, que le numérique bouleverse profondément l’enseignement. Mais à rebours de ce que l’on entend souvent, il prédit que l’on aura plus que jamais besoin de professeurs et d’école.

Peut-on continuer à enseigner aujourd’hui comme hier ?

Sûrement pas. Contrairement à ce que l’on dit souvent, l’école est une institution qui a un facteur de changement en son sein : les élèves. Le mythe de l’école à l’abri de la société, fonctionnant comme un temple ou une caserne, est une pure fiction. Cela n’a jamais été. Les enseignants, qui ne sont pas des brutes insensibles, s’adaptent aux élèves et aux influences de la société qu’ils incarnent.

Indépendamment des directives venues d’en haut, ce sont eux qui sont à la manœuvre. Chacun trouve des façons de capter la culture des élèves pour l’enrichir, l’infléchir, s’y appuyer pour permettre des acquisitions d’une autre nature. Il ne faut pas l’oublier : la base de l’enseignement, c’est la conversation. Une conversation très particulière, parce qu’elle n’est pas gratuite et qu’elle doit mener quelque part. Globalement, le changement technique est tel qu’il affecte le fonctionnement social de tous les jours. Il est inévitable qu’il touche aussi l’école et qu’il la transforme profondément.

Dès lors, comment enseigner ?

Il serait outrecuidant et vain de prétendre que nous savons exactement ce que vont être les échanges entre enseignants et élèves de demain. Mais on peut faire un certain nombre d’observations. Une chose qui revient toujours, en particulier chez les partisans les plus enthousiastes de l’enseignement numérique, est le fait que les élèves sont maintenant en situation de contester l’enseignement du professeur. Ces enthousiastes disent : cette fois-ci, le piédestal est complètement brisé puisqu’on peut instantanément vérifier ce que raconte le prof.

Etes-vous d’accord ?

Je reconnais que c’est vrai. Mais je n’y vois pas du tout une contestation de la position du professeur supposé tout-puissant et tout savoir. Je crois exactement l’inverse. Pour les bons enseignants, le numérique m’apparaît comme un excellent moyen de stimuler l’esprit de curiosité et d’opposition. Cela pousse à chercher, à creuser encore. Très souvent, c’est l’occasion aussi de rectifier les sornettes, voire les énormités figurant dans une notice de Wikipédia.

Surtout, cela apprend une chose essentielle : le fait que personne ne sait. Nulle part, il n’existe un détenteur ultime. L’enseignant a ainsi l’opportunité d’expliquer qu’il existe plusieurs versions d’une même chose et que savoir, c’est se confronter à l’incertitude et non réciter bêtement. C’est un apprentissage qui me paraît extrêmement positif.

N’est-ce pas tout de même plus difficile ?

Le changement majeur est que les élèves ont de plus en plus l’initiative. En contact avec un tas de sources hétéroclites, ils s’interrogent. Leurs questions deviennent déterminantes dans la conduite de la classe – «J’ai lu ça, monsieur, qu’en dites-vous ?», «Ça vous paraît normal ?», etc. Ce n’est évidemment pas simple à gérer. L’enseignant a affaire à une communauté beaucoup plus effervescente mais aussi beaucoup plus chaotique. L’art du professeur devient l’art difficile de répondre à des questions qui ne sont pas préprogrammées – parfois en rapport avec le cours, d’autres fois non, ou de loin.

Les enseignants se retrouvent dans la position de remettre de l’ordre dans du désordre. Il leur revient d’insuffler de la cohérence dans ce qui se présente comme un patchwork d’interrogations qui peuvent aller très loin – sur les théories scientifiques en vogue mais aussi sur les ragots propagés par les réseaux sociaux. Il faut leur montrer le besoin de clés pour dominer un champ qui part dans tous les sens.

Contrairement à ce que certains prédisent, il faudra toujours des enseignants ?

Plus que jamais. L’illusion de premier abord est l’autodidaxie généralisée : plus la peine de s’embêter avec des gens qui souhaitent nous mettre dans un chemin préprogrammé, apprend qui veut quand il veut comme il veut… Mais c’est une apparence, une apparence séduisante. En réalité, tout cela renforce le besoin de médiation. Le contact des enfants, souvent très jeunes, avec des sources d’information démesurées, renforce le besoin d’enseignants, d’interlocuteurs qui prennent leur questionnement au sérieux, capables dans leur domaine de montrer le chemin permettant de maîtriser ces informations. Il suffit d’être parent ou grand-parent pour en avoir fait l’expérience. Vous dites à des enfants qui vous interrogent : «Allez chercher sur le Net.» Ils trouvent quelquefois, quand la question est très précise. Mais si c’est une question de compréhension, ils reviennent découragés. Internet est, de ce point de vue, un média déprimant, où l’on décèle très vite les limites de ce que l’on peut maîtriser. Ce qui manque, ce sont les outils logiques, les connaissances clés qui permettent de relier ces informations et d’en faire quelque chose que vous comprenez. Le sens de l’école se trouve ainsi conforté dans ce qu’il a de plus profond : c’est l’institution de confiance à laquelle on peut demander des réponses à des questions de l’ordre du savoir. A l’exception de milieux privilégiés, l’entourage n’en a pas les moyens.

Vous n’êtes pas d’accord avec ceux qui prédisent que grâce au Net, nous apprendrons surtout par nous-mêmes ?

L’ère numérique va susciter une hausse spectaculaire du niveau d’exigence scolaire dans nos sociétés. Tout le monde a envie d’accéder au plus de choses possibles dans la sphère de ses intérêts. C’est humain. Mais en même temps, nous sommes démunis. Derrière les connaissances que l’on peut acquérir de cette façon, il y a une grammaire fondamentale – les maths par exemple pour tout ce qui touche au domaine des sciences. Et celle-ci ne s’apprend pas aisément tout seul face à son écran…

Que pensez-vous de la «pédagogie inversée» en vogue aujourd’hui, avec l’élève qui découvre le cours sur le Net, puis le prof qui lui explique ce qu’il n’a pas compris ?

Ici c’est l’image idéale de l’étudiant de Stanford [l’une des universités américaines les plus réputées, située dans la Silicon Valley, ndlr]. Il étudie chez lui le cours de programmation et vient après en classe pour clarifier avec le prof ce qu’il n’a pas réussi à maîtriser. Il s’agit d’un cas très privilégié. Cela suppose une personne possédant toutes les acquisitions fondamentales et qui accepte de jouer le jeu. Il fait confiance au prof qui lui a remis son cours au préalable et qu’il peut compléter en consultant d’autres sources. Et même ici, il ne faut pas sous-estimer l’apport du professeur : ses éclaircissements, dans un deuxième temps, sont décisifs pour la compréhension. Quand vous descendez vers des degrés plus élémentaires, c’est bien plus difficile. Vous ne pouvez pas compter sur le fait que les élèves vont avoir la concentration et les moyens de s’approprier les documents que leur enseignant leur fournit. En réalité, on ne peut y couper : il y a nécessité à bien les encadrer.

Les élèves ont changé en bien, en mal ?

L’école aujourd’hui a d’abord un problème : l’attention des élèves. D’un côté, ils savent infiniment plus de choses qu’avant. D’un autre côté, que veut dire «savoir» dans leur cas ? Ils ont vu passer une foule d’informations disparates, ils ont entendu parler du boson de Higgs, ils ont une ouverture globale incroyable, ils ont voyagé, vu des tas de choses… Comme nous, ils nagent dans un bain d’informations hétéroclites.

L’école est irremplaçable ?

L’école ne fait plus rêver, elle a perdu la magie qu’elle avait dans une société constituée largement d’illettrés. Mais elle possède une utilité supplémentaire : dans ce bain d’informations gigantesque, elle est le lieu où l’on peut trouver le code, où toutes les questions peuvent être posées et l’on vous donne le cadre pour organiser tout cela. Elle assume une fonction unique dans la société.

Vous écrivez que l’école ne doit pas être à tout prix en phase avec les mutations. Serait-elle condamnée à être en retard ?

Elle doit maîtriser le rapport à la réalité environnante et la rendre maîtrisable pour les élèves. Face aux mutations, elle n’a pas à se précipiter. Elle doit garder la prudence qui sied à une institution dont le rôle est de maintenir la continuité avec le passé. Nous ne sommes pas nés d’hier. Il existe un stock gigantesque de passé. L’école fait le pont entre le nouveau qui se présente sans arrêt et les connaissances ou l’acquis – la date de la mort d’Alexandre le Grand reste par exemple la même. Par ailleurs, elle est une institution de masse égalitaire. Elle ne doit pas se focaliser sur ce qui se passe dans les endroits avancés de la société. Elle doit veiller à ce que tous les élèves soient à peu près à égalité sur la base d’un consensus collectif. Il faut que les parents comprennent ce que l’on fait à l’école et que chacun ait des chances aussi égales que possibles. L’école a ainsi une lourdeur naturelle. Ceci explique que par nature, elle soit d’arrière-garde alors qu’elle doit former des personnes d’avant-garde.

Le savoir numérique serait-il une grande illusion ?

Une société où les gens auraient une sorte d’accès de plain-pied aux connaissances est un rêve sympathique, mais c’est irréel et faux. C’est l’illusion de la toute-puissance individuelle – nous serions tous des self made men ou women et nous ne devrions rien aux autres… On retrouve la grande illusion de nos sociétés, que la technique permettrait presque de concrétiser. Or plus il y a toutes ces informations, plus il y a besoin de les maîtriser. Et plus il y a besoin de les maîtriser, plus l’école est nécessaire. Sinon, vous êtes un zombie avec des images plein la tête.

(1) Stock Essais, mars 2014, 200 pp., 18 €.

(2) Stock Essais, février 2014, 264 pp., 19 €.

Recueilli par Véronique Soulé

http://www.liberation.fr/societe/2014/06/06/internet-oblige-le-prof-a-remettre-de-l-ordre-dans-du-desordre_1035384

Changement d’ère ….

16 mai 2014, par Alexandre Piquard

New York Times : les 7 leçons du mémo sévère sur le numérique

Le propriétaire du journal Arthur Sulzberger Jr. face à la directrice Jill Abramson, en avril 2014, quand le titre a reçu quatre Pulitzer, le prestigieux prix journalistique.REUTERS/Ruth Fremson/Pool (UNITED STATES – Tags: MEDIA SOCIETY) – RTXYN1U

Comme d’autres grands médias, le New York Times s’est retrouvé au centre d’une crise dans laquelle la partie la plus visible est le départ de sa directrice de la rédaction, Jill Abramson, remplacée, jeudi 15 mai, par Dean Baquet.
Au même moment a fuité, sur le site d’information Buzzfeed, un long mémo sur l’innovation dans le célèbre quotidien américain, peignant un tableau sombre de sa stratégie numérique. Ces 90 pages constituent un document rare.

Y a-t-il un lien entre les deux événements ? Parmi les raisons du départ de Mme Abramson, les médias américains ont souvent souligné l’aspect personnel et son style rigide de management. Mais d’autres ont mentionné ses protestations contre l’ampleur des ressources dédiées à la vidéo, ou la pratique trop poussée du native advertising, forme moderne de publi-rédactionnel.

Le document d’audit a été rédigé par un groupe de huit personnes au fait des questions numériques, dont AG Sulzberger, fils et potentiel héritier du propriétaire du journal, qui avaient à l’origine pour mission de trouver une ou plusieurs idées de nouveau produit ou format. Les auteurs suivent un axe délibérément réformateur, soulignant peu que le journal est bénéficiaire, notamment grâce à ses 800 000 abonnés numériques. Mais leurs conclusions sont éclairantes sur les défis du New York Times et, par extension, des grands médias généralistes traditionnels. En voici les points saillants, et pour les plus curieux, le document, en pied de post.

[Voir le document complet ci-dessous ou les extraits sélectionnés par le site d’étude des médias Nieman Lab]

1. La concurrence et les supports évoluent vite

Le rapport prend acte de l’augmentation du nombre de concurrents dans le domaine de l’information. Il souligne que les concurrents traditionnels du New York Times – ceux avec lesquels il a longtemps lutté sur le terrain de la diffusion papier et bataille, aujourd’hui, sur celui des abonnements numériques – ont aux aussi entrepris leur adaptation à l’ère numérique, alors que le New York Times était jugé précurseur. Il cite ainsi le Washington Post, le Wall Street Journal, USA Today

Mais il s’inquiète aussi de l’arrivée de nouveaux entrants (par exemple les groupes Vox Media, First Look Media, ou les sites Buzzfeed, Huffington Post…), qui “façonnent des rédactions conçues pour le numérique”. “Les médias numériques deviennent plus nombreux, mieux financés et beaucoup plus innovants”, souligne le rapport.

2. Peu d’attention est accordée au web social
Si la rédaction du NYT accorde une immense attention à la qualité des contenus, le rapport estime qu’elle ne déploie pas suffisamment d’efforts pour apporter ces contenus au lecteur. La distribution des contenus (quels éléments publier sur quel support), leur promotion et la mise en place d’un dialogue avec les lecteurs ne sont pas suffisamment assumés par la rédaction.

Faute d’occuper ce terrain, les journalistes du NYT laissent d’autres plate-formes prospérer, y compris sur la base de contenus produits par le NYT, note le rapport. Exemple : le Huffington Post a obtenu plus de trafic en agrégeant les contenus du NYT sur la mort de Mandela que le NYT lui-même. “Vous vous êtes fait écraser, a lancé un responsable du HuffPo à l’adresse de l’équipe du NYT. Mais c’est à vous de vous protéger des pickpockets numériques en proposant de meilleurs titres et un meilleur accompagnement sur les réseaux sociaux”. Avant de publier un gros contenu, le NYT ne réfléchit pas à ce qu’il pourra publier dans la foulée, quand le sujet se répandra sur le web, note le rapport.

Conséquence  générale : l’audience du site nytimes.com, de sa page d’accueil et des applications mobiles sont orientées à la baisse, selon le document. Le rapport note que 60 % de l’audience de Buzzfeed provient des réseaux sociaux, selon le site, contre 10 % au New York Times.

3. La culture du papier reste prédominante
Le rapport souligne que “les habitudes et traditions construites depuis un siècle et demi autour de la publication quotidienne du journal constituent une puissante force conservatrice à l’heure où nous migrons vers le numérique – notamment l’attraction gravitationnelle de la Une”.

Symptômes de cet enracinement culturel : les sujets sont publiés surtout en fin de journée (avant le bouclage print), les applications mobiles sont structurées selon les rubriques du journal et l’attention des éditeurs se porte davantage sur la mise à jour de leur page de rubrique que sur la stratégie de promotion des contenus sur les médias sociaux. “Il est essentiel de commencer à questionner nos traditions print-centrées”, recommande le document.

4. On se concentre sur les « grosses » innovations difficilement reproductibles
Les innovations éditoriales du New York Times les plus marquantes sont souvent de grosses productions événementielles, notent les auteurs : par exemple, le Dialect Quiz (un questionnaire sur les accents américains qui serait le contenu le plus consulté de l’histoire du titre avec 21 millions de pages vues) ou Snowfall (webdocumentaire dédié à une avalanche).

Selon l’éditeur du site d’information économique Quartz, cité dans le rapport, il vaudrait mieux « chercher à rassembler des outils qui permettent de créer des Snow Falls tous les jours ». Sont cités en exemple les quizz de Buzzfeed, format récurrent très viral quitte à devenir trop systématique. Ou les « collections » d’articles intéressants, sur un sujet ou un angle choisi, un format que la cellule recherche et développement du New York Times aimerait mettre à disposition des journalistes voire des lecteurs.

5. La rédaction est isolée de la technique, du graphisme, du marketing…
« Considérer le service « Expérience du lecteur » comme une extension de la rédaction devrait être la prochaine étape logique dans la démarche de long terme de Jill Abramson visant à créer une rédaction avec des fonctions numériques intégrées, car ce département possède des savoir-faire numériques importants », écrivent les auteurs.

Le service « Expérience du lecteur » du New York Times rassemble 30 designers numériques, 30 analystes de données, 120 personnes chargée du développement produit et 445 informaticiens et ingénieurs, selon le document.

Ce département est distinct des services marketing et commerciaux mais il semble que pour la rédaction, avoir des contacts avec les autres services reste assimilé à un danger de compromission du contenu. Il faudrait selon les auteurs abandonner les « métaphores » généralement utilisées pour séparer la rédaction des autres services : « le mur » de séparation entre « l’église et l’Etat ».

Le risque de collusion entre rédactionnel et marketing ou publicité demeure mais le rapport estime que l’urgence du moment est de décloisonner. Il cite en exemple des projets innovants intéressants et nés hors du seul orbite de la rédaction : l’application mobile d’actualité sélectionnée NYTNow ou la section Cuisine. Un responsable de The Upshot, le projet de décryptage pédagogique de l’actualité lancé par le New York Times dit dans le rapport qu’il avait du mal à trouver des gens pour discuter de plateforme, d’ergonomie…

6. Promouvoir et garder les connaisseurs du numérique est difficile
Les auteurs ont demandé leurs motivations à cinq personnes ayant quitté le New York Times. « Je regardais autour de moi dans l’organisation et je voyais les meilleurs jobs – même certains avec des profils de postes spécifiquement numériques – être attribués à des personnes ayant peu d’expérience dans le numérique. Pendant ce temps, des journalistes avec d’excellentes références dans le domaine restaient employés à bouger des articles sur la page d’accueil du site », dit l’une d’elles.

Il y a trop peu de connaisseurs du numérique dans les postes à responsabilité du titre, selon le rapport. Et aussi trop peu de designers, informaticiens, analystes, responsables produit…

7. L’innovation ne fait pas l’objet d’une attention constante
Comme dans la plupart des rédactions, l’équipe de direction est accaparée par le travail quotidien et n’a pas le temps de travailler sur les sujets de long terme, selon les auteurs. Le rapport suggère la constitution d’une équipe stratégique dédiée qui puisse conseiller la direction et échanger avec la rédaction. Et pousser la rédaction à être présente dans les projets d’innovation développés dans d’autres services.

Les auteurs suggèrent aussi que l’innovation et les expérimentations soient encouragées, au niveau des employés. Que bloquer une innovation soit moins facile qu’aujourd’hui et qu’on soit moins perfectionniste au moment de tester des choses.

NYT Innovation Report 2014 by BuzzFeedDocs
Alexis Delcambre et Alexandre Piquard

http://medias.blog.lemonde.fr/2014/05/16/new-york-times-les-8-lecons-du-memo-severe-sur-le-numerique/

Big Data : le défi de rester invisible quand on est une future mère de famille

Janet Vertesi - BF

Ce texte a été lu 5061 fois !

Une sociologue américaine veut mettre en évidence les systèmes de traçabilité des consommateurs et des citoyens à la fois online et offline dans un monde qui évolue vers le Big Data. Elle s’est appuyée sur sa propre expérience pour rester invisible durant sa grossesse. Un parcours du combattant.

Il faut qu’une transaction commerciale soit juste une transaction et ne vienne pas nourrir les bases de données marketing qui prédisent nos comportements. C’est ce qu’a défendu Janet Vertesi, professeur de sociologie à l’université de Princeton à New York.

Sortir d’un système qui trace tout

Elle s’est exprimée durant la conférence Theorizing the Web, à Brooklin, le 25 avril. « Il faut pouvoir sortir de ce système de traçabilité, faire de l’opt-out, sans apparaître comme immoral, criminel ou tout simplement pas un bon citoyen » a-t-elle martelé. Elle s’est employée à montrer les implications politiques et sociales des robots de collecte (collecting bots), des cookies, trackers, beacons, …

Afin d’appuyer ses propos, elle a utilisé son propre cas montrant combien il est difficile pour une femme enceinte de cacher sa grossesse aux services marketing afin de ne pas recevoir des masses de publicité et de sollicitations. Elle entendait démonter les couches techniques qui nous suivent désormais au quotidien, à la fois online, offline et les deux en conjonction.

« Les données marketing d’une femme enceinte coûtent 1,50$ contre 10 cents pour n’importe qui, car une future mère prend des décisions qui vont avoir de la valeur sur le long terme comme le choix entre les couches Huggies ou Pampers. »

Ne pas apparaître sur Facebook

Etre invisible des bases de données marketing aura été un parcours du combattant. Tout d’abord, elle s’est employée à ce que sa grossesse n’apparaisse pas sur Facebook, les réseaux sociaux étant la principale source de données pour le marketing. Elle a téléphoné et emailé à sa famille pour leur dire qu’elle attendait un bébé, mais qu’ils n’en parlent pas sur Facebook.

Elle a fait sorte que l’on ne publie pas de photos d’elle montrant que son ventre s’arrondissait. Elle a été obligée de retirer de sa liste d’amis un oncle qui l’avait félicité via un message direct sur Facebook. Elle indique « Il m’a répondu qu’il ne l’avait pas publié sur mon mur, mais via un message. Les gens ne savent pas que Facebook écoute même les messages privés. »

Achats en argent liquide

Elle a acheté en argent liquide tout ce qui était relatif à sa grossesse afin que l’information ne remonte pas via ses cartes de crédit ni ses cartes de fidélité. Pour ce qu’elle voulait acheter sur internet, elle a créé un compte sur Amazon, relié à une adresse email sur un serveur personnel, et s’est faite livrée dans un point relais proche de chez elle. Elle payait en cartes cadeaux Amazon achetées en liquide.

Pour ce qu’elle voulait acheter en ligne, elle a utilisé le réseau d’anonymisation Tor pour ne pas être tracée. « Je n’aurais pas pu le faire sans Tor, car c’est le seul moyen de naviguer sur internet sans être tracée. Je sais qu’il a mauvaise réputation à cause du commerce de Bitcoins ou de la drogue mais moi c’était pour accéder au site web babycenter.com. »

Assimilé à un criminel

Mais agir ainsi a fait se lever quelques signaux d’alerte du côté de la société. Quand son mari a acheté une poussette pour 500$ avec des bons cadeaux d’Amazon, un avertissement au comptoir chez Rite Aid, une chaîne de pharmacies, a annoncé que la compagnie avait l’obligation légale de rapporter les transactions excessives aux autorités.   « Ce genre d’activités, payer en liquide, en bons cadeaux, sans carte de crédit, sans traçabilité sur internet, quand on les considère dans leur ensemble, surtout dans un cadre Big Data, sont exactement celles qui vous étiquettent comme criminel et non comme juste attendre un enfant » a-t-elle conclu.

Photo, Janet Vertesi, professeur de sociologie à l’université de Princeton à New York.

http://www.larevuedudigital.com/2014/05/bigdata/big-data-le-defi-de-rester-invisible-quand-on-est-une-future-mere-de-famille/

Harlem & Bangladesh

Extrait d’une intervention du philosophe Bernard Stiegler, concernant les travaux de l’économiste Amartya Sen sur l’économie du bien-être, qui lui ont valu le Prix Nobel d’économie en 1998.

Le taux de mortalité serait plus élevé à Harlem, Manhattan, monde consumériste par excellence, plutôt qu’au Bangladesh où les gens auraient développer des capacités, des savoirs vivre, des relations de solidarités sociales.

Et où vit-on le mieux moralement ?